La cause animale


Elle s’appelle Lux.

Mais on prononce « Loux »

qui veut dire lumière en Latin.

Lux s’est imposée lors d’une canalisation pour défendre :


la Cause Animale


Une première fois en posant délicatement sa tête sur mon genou, puis de façon plus affirmée en se posant devant moi

et me fixant dans les yeux.

Ce n’était pas la première fois

que je communiquais

avec ce « personnage canin ». Je me souviens lui avoir fait plusieurs soins. Et je m’étais

encore plus souvent occupée de son petit (qui est loin d’être petit). Elle s’était donc déjà imposée

à moi de cette manière.


Cette fois-ci, elle a fortement insisté pour que j’écrive ce qui s’était passé.

Et chaque matin des jours suivants, elle revenait et me disait :


« Il faut que tu écrives ce qu’il s’est passé. »


Mais le temps me manquait et chaque fois je lui répondais :


« Lux, je sais, ne t’inquiète pas, dès que j’ai un peu de temps, je le fais. »


Mais le temps passait … et Lux revenait me répéter la même chose

jusqu’à ce que je sature et que je lui dise :


« Arrête Lux, là je n’ai pas le temps.

Je ne vais pas l’écrire maintenant. Ça attendra ! »


« Mais tu vas oublier ! »


Et comme les animaux ont toujours raison et bien je n’ai pas écrit tout de suite

et j’ai effectivement oublié le déroulé exact de notre aventure.

Je t’en demande pardon Lux, je vais quand même essayer de retracer l’histoire.

Ça a commencé comme je vous l’ai dit, lors d’une canalisation où Lux s’est imposée


en nous demandant de poser notre attention sur la condition animale.

Enfin je me dois de commencer par le début…

Le premier volet

Nous étions à Rénessiau lorsque les premiers coups de fusils de la saison de chasse ont retenti.

Difficile pour moi de rester ainsi à me demander ce qui allait se passer pour les animaux visés.


Alors, je me suis connectée à eux et j’ai vu un chevreuil poursuivi par des chiens.


Il haletait, épuisé de courir de la sorte depuis certainement un long moment.

La peur l’avait envahi. La fatigue le faisait ralentir dangereusement

et moi j’assistais à tout ça …


Je me suis mise à prier pour lui, à réciter des psaumes, chanter et pour finir à siffler

le plus fort possible pour interpeller les chiens de chasse.

Mais je sentais bien que dès que je m’arrêtais la chasse repartait de plus belle.


Misérablement déçue, je lâchai prise.


Je restai là, prostrée, avec un sentiment d’impuissance tout en maintenant ma canalisation

et en voyant ce pauvre chevreuil tétanisé. C’est alors que les choses se sont déroulées ainsi :


Devant l’animal que je croyais condamné, s’est ouvert, à 1 m 50 à peu près,

une porte ou plutôt une brèche de 1m de haut. Et hop !

L’animal sauta dedans sans même réfléchir et disparu de notre dimension…


J’en fus, vous vous en doutez bien, extrêmement surprise et je cherchai où il avait pu passer.

Ceux que j’appelle mes « Instances Célestes » me répondirent sur le champ :


« Il est passé dans une autre dimension. »


« Mais il va revenir ? Que s’est il passé ? »


« Le fait que tu lâches prise dans tes intentions, nous a laissé la possibilité de l’aider.

Nous avons créé un sas qui se déclenche lorsque l’animal atteint un certain état

qui correspond à une fréquence particulière engendrée par la peur

du prédateur humain. »

« Vous voulez dire que parce que le chevreuil avait peur des humains, le sas s’est déclenché et qu’il a pu s’y engouffrer et devenir ainsi invisible aux yeux des chasseurs ? »

« Oui exactement ! »

« Mais… C’est génial ! Merci, merci pour lui ! »


Et puis la journée a repris son cours jusqu’à ce que la situation se présente à nouveau.

Là, j’avais compris que nous avions sauvé un animal. Mais, pendant la période de la chasse

ce sont des centaines d’animaux qui seront persécutés, tués, dépecés, congelés,

et peut-être mangés.Car manger, n’est pas la motivation première du chasseur.


Je me suis donc reconnectée pour voir si ce que j’avais expérimenté ne pouvait pas être

un système qui pourrait être mis en place plus généralement pour les animaux sauvages

à Rénessiau. J‘ai appelé mes « Instances Célestes » qui immédiatement m’ont répondu :


« Bien-sûr que cela peut-être mis en place pour tous les animaux chassés.

Il faut juste que quelqu’un y pose son attention. »


« Je suis cette personne ! »


J’ai alors posé mon attention et libéré toute l’énergie qu’il fallait pour que la brèche s’élargisse.


« Alors à présent et pour tous les animaux de Rénessiau qui seront chassés

par des prédateurs humains, un sas s’ouvrira devant eux lorsqu’ils atteindront

cette fréquence particulière. Ils disparaîtront aux yeux de ceux qui les chassent.

Quand la fréquence de peur s’apaisera, c’est-à-dire dès que le danger sera passé,

ils réapparaîtront et le sas se refermera naturellement. Ils seront ainsi sauvés de l’humain.

De l’humain seulement, cela ne fonctionnera pas pour les autres prédateurs,

animal et ou naturel, qui sont des régulateurs. »

Comme tout cela me parut logique, évident ! J’avoue que je n’y aurais pas pensé toute seule.

Et c’est pourquoi je suis infiniment reconnaissante envers mes guides. Ils vont toujours

tellement au-delà des limites de « ma petite volonté d’humaine ».


Le lâcher prise est une force que l’on ne soupçonne pas… Certes, c'est difficile à mettre en place, mais ça en vaut la peine. Ce jour-là deux animaux ont échappé aux balles !

L’humain est humain, et malheureusement le doute n’est jamais bien loin.

Dès que l’occasion se représente, il l’envahi très vite. Alors même qu’il était question

de « lâcher prise », de nouveaux les aboiements des chiens retentirent dans la montagne,

et je me suis raidie spontanément. Puis, je me suis apaisée. J’ai respiré profondément

et repensé à ce que mes guides m’avaient dit. J’ai de nouveau lâché prise, je savais

que tout allait bien se passer. Et cette fois encore il n’y a pas eu de coup de fusil.


Alors, car on peut le faire, j’ai demandé à mes guides de m’envoyer un signe,

un clin d’oeil, pour me confirmer que je n’avais pas rêvé, que « cette nouvelle réalité » s’était

bien installée dans ma montagne. Le lendemain même nous avons rencontré

pour les deux demandes que j’avais faites, deux renards, deux chevreuils, deux écureuils,

et j’ai oublié les autres …





J’ai compris que c’était la confirmation que j’attendais. Le système s'était mis en place,

sans aucun doute !

Voilà pour le premier volet, inutile de vous dire que notre amie Lux était avec moi ce jour-là.


Le deuxième volet

Et bien c’est celui qu’elle voulait absolument que je note avant de l’oublier et…

j’en ai oublié une partie ! J’en suis tristement désolée !


Tout a commencé par une étude que nous avons initiée, il y a quelques semaines,

sur le cerveau reptilien.


En effet, suite à une situation particulière, j’ai constaté que tout traumatisme, quel qu’il soit,

met en place un mécanisme réflexe, automatique et inconscient. Après m’être déprogrammée

et avoir pratiqué ce soin sur un certain nombre de personnes, nous avons convenu de continuer notre étude en canalisation :


Nous étions en train d’observer que des intentions négatives avaient déréglé

la fonction Yang de notre cerveau reptilien.


La modification de la fonction Yang agit

sur nos réactions face à la peur

ou à un danger, réel ou supposé..

Elle se traduit par une hyper-réactivité

et parfois par de l’agressivité.


Cette réaction a volontairement été augmentée engendrant chez nous

un instinct prédateur décuplé. Ce mécanisme spontané opère comme un réflexe faisant

de nous (évidement certains y répondent plus facilement que d’autres) à la fois des victimes

et des auteurs de massacres et de tueries. Cela se manifeste par exemple par l’excitation face à la viande rouge, le besoin absolue de manger de la viande, de dominer

les animaux, de poursuivre la chasse ou la pêche, malgré la sonnette d’alarme

qui annonce la disparition de certaines espèces. Mais les conditions d’élevage,

les débordements dans les abattoirs, etc, font aussi partie des conséquences

de ce dérèglement …


Jusqu’à ce que notre amie Lux pose à nouveau sa tête sur mon genou et qu'elle demande


« que ce qui fut mis en place à Rénessiau soit valable pour tous les animaux chassés

ou braconnéspar l’être humain sur l’ensemble de la planète. »


Ainsi, nous avons vu passer lions, baleines, singes, tigres, girafes, etc…..

C’était sans fin. Émouvant et triste de constater qu’autant d’animaux étaient tués

pour des raisons ou d’autres par la seule race qui se dit « intelligente ».


Dans ce volet-là nous avons décidé de créer sur notre site une rubrique : « Condition Animale ».

Lux ayant plein de chose à dire fera le relais avec le monde des humains …

Le troisième volet

Nous étions parties pour la ballade des chiens avec :

Lux la mère, Hermès le fiston, One la fillote et Rouky le petit dernier.


Juste avant d’entrer dans la forêt, une flopée de gilets orange fluos alignés dans un champ attire notre attention. Pas de doute ce sont bien des chasseurs !

C’est alors qu’apparurent, apeurés et paniqués, deux chevreuils à l’orée du bois.

Nous nous arrêtons. Aussitôt, j’imagine que nous allons assister à un massacre, en direct.

Pourtant, les chasseurs sont là, les deux chevreuils traversent leur rang,

et nous en restons bouche bée… Personne ne bouge, les chevreuils passent leur chemin

et retournent dans la forêt devant les chasseurs et nos yeux éberlués.


Je ne comprends pas le pourquoi de la scène ? Nous rentrons dans la forêt soulagées et étonnées.

Peut-être n’est-ce pas le jour de la chasse aux chevreuils ?


Une sensation de stress nous prend dans la forêt. Est-ce dû à la scène à laquelle nous venons d’assister ? Plus nous pénétrons dans cette forêt, plus un sentiment d’urgence se fait ressentir.

Nous activons le pas. Je me connecte car cela devient très envahissant :


Les élémentaux sont là autour de nous et le stress vient d’eux. Ils sont paniqués,

ça crie et ça court dans tous les sens. Certains se rapprochent de nous.

Leur demande est pressante. C’est le chao dans le monde des élémentaux…


Nous avons l’habitude lorsque nous partons dans cette superbe forêt de nous arrêter au pied

d’un arbre gigantesque. Hilderick est un séquoia immense, majestueux au milieu

d’un endroit baptisé : « Le Rond-Point de l’Étoile ».


Cette fois-ci, contrairement à notre habitude, nous nous sommes dirigées directement vers lui.

Habituellement, nous allons voir Hilderick au retour. Ce n’est pas non plus notre habitude d’aller promener les chiens le matin, mais ce jour-là n’était vraiment pas un jour… comme d’habitude.


En nous dirigeant donc vers notre bel arbre, voilà que de loin, nous apercevons

un rassemblement conséquent de voitures. Cela évidement suscita notre attention,

et des questionnements ? Que se passait-il au Rond-Point de l’Étoile en ce lundi matin ?


En approchant aux abords, deux hommes semblaient venir à notre rencontre.

Finalement, non, nous nous croisons avec des bonjours polis et courtois.

Et puis, en arrivant sur la place de l'Étoile, nous découvrons un surprenant rassemblement

de chasseurs en train de boire l’apéro.

Évidemment, 3 femmes avec 4 chiens ça ne passe pas inaperçu dans ce monde-là !

Nous passons entre les voitures et les chas seurs qui encerclent l’arbre, pour aller directement

au pied de notre séquoia préféré.


Les chasseurs regardent avec grand intérêt nos chiens. Ils pourraient à leur avis faire

de très bons chiens de chasse. Mais nous n’avons pas les mêmes idées sur la question,

et leurs tentatives de conversation s’arrêtent net.

Nous nous installons au pied d’Hilderick. Lux arrive, pose sa tête sur mon genou,

me regarde dans les yeux et me demande de canaliser. Je ne comprends rien à la situation,

à tout ce bazar, mais j’obtempère avec plaisir. Je suis toujours autant surprise par la force

de communication de cette chienne.


C’est alors que m’apparaît l’énergie de l’arbre que je connais bien.

J’ai souvent travaillé avec et l’ai rétabli de nombreuses fois. Face vers le nord,

je suis adossée contre lui. Côté droit à l’arrière, il me montre

que son canal énergétique est attaqué, affaibli, et par résonance tout l’équilibre de la forêt aussi. Voilà l’origine du stress des élémentaux.


Je vois alors en hologramme tous les chasseurs présents et certainement d’autres ailleurs.

Puis m’apparaissent des centaines de chasseurs, pour ne pas dire des milliers,

tout autour de la planète, mais aussi des liens comme des codes-barres et des fréquences…

À eux tous, ils composent une trame. En rentrant chez eux, ils l’écarteront et formeront une protection, une grille gigantesque qui recouvrira la surface de la terre,

pour la protection …… animale ! C’est-à-dire, que seuls les animaux qui représenteront une menace pour l’écosystème (car en trop grand nombre, vieux, malades, ou suicidaires) pourront être chassés.


Oui ça surprends dit ainsi, mais je vous assure que quand on le vit, on n’en doute pas.


La connexion ne s’arrête pas là :

Apparaît un singe, du type chimpanz