L'Âme de la forêt




J’étais en train de promener mes chiens en forêt, quand soudain j’aperçus ce qui comble

de bonheur un ramasseur de champignons … Vous l’avez deviné : des champignons !

Vous me direz, jusqu’ici, rien de bien extraordinaire. Nous sommes en automne,

la pluie a été abondante, les mousses sont gorgées d’eau… Alors inévitablement

la nature se révèle à travers cette prolifération de champignons de toutes espèces,

magique et surprenante. C’est pour moi un spectacle toujours aussi étonnant

que de voir la quantité incroyable de champignons qui nous est offerte chaque année.

Quelle abondance !


Pourtant, les véhicules des cueilleurs défilent le week-end entier, 4X4, quads et autres moyens

de locomotion, tout y passe. Seule la pluie ou le froid peuvent ralentir cette invasion.

Hier encore, je croisais des gens avec des paniers remplis à ras bord.

Et pourtant, chanterelles, pieds de moutons, etc, foisonnent encore dans la forêt.


J’ai pour ma part, l’habitude de modérer ma cueillette et de ne prendre que ce dont j’ai besoin pour me nourrir. Mais cette abondance me questionnait : Même si la nature donne sans limite, est-il bon pour autant de ramasser tant et tant ? C’est alors que l’âme de la forêt, se manifesta pour engager la conversation :


- « Bonjour Corinne, n’aie crainte, tu peux ramasser ce qui te fait plaisir.


- Merci, mais je ne voudrais pas te déposséder, te piller.

J’ai la quantité qu’il me faut ! »

- Que veux tu dire par là ?


- Eh bien, si tout le monde ramasse autant de champignons,

n’y a-t-il pas un risque à un moment donné de « tarir » la forêt ? »

C’est alors que je la sentis toute souriante, et elle m’en expliqua la raison :


- « Corinne, le végétal est un monde d’abondance par nature. Il est là pour être

à la disposition de l’humain. Il prolifère, offre ses fruits puis vient la période de dormance, durant laquelle il se régénère pour recommencer à donner à chaque nouvelle saison.

Bien sûr, lorsque tout a été donné, il n’y a plus rien à récolter, le temps des cerises est limité, tout comme celui des tomates et des choux. Mais il y a tellement de variété

de végétaux que la nature est toujours et toujours abondante pour tous. Je te remercie

de ton attention, elle montre ton désir de nous préserver, mais en réalité

le danger n’est pas là.


- Danger ? Quel danger ?

- Oui, il existe un danger. Si la forêt et la nature sauvage sont abondance, elles ne peuvent se développer que si on les laisse s’étendre. Hors la déforestation, les cultures intensives, l’urbanisation, etc, représentent le réel danger ! Tu te nourris depuis maintenant plusieurs années d’herbes, de fruits, de champignons, de baies … sauvages. Et tu as raison.

Leurs apports nutritionnel et énergétique sont incomparables et bien plus nourrissants

que n’importe quel produit industriel, sans parler des saveurs et des couleurs uniques

des aliments sauvages.

De plus, la nature donne ce dont vous avez besoin là où vous vous trouvez. Les plantes sauvages que tu trouves autour de chez toi sont celles dont tu as besoin. Elle t’apportent

les nutriments indispensables à ton corps pour lutter contre les éléments extérieurs auxquels tu dois faire face dans ta région. À chaque saison, c’est l’abondance,

pour le plus grand bonheur de Dame Nature qui existe POUR cela.

Car la raison même de notre existence, c’est de donner pour la Vie !

À l’origine, la très haute conscience a créé la nature et tout ce qui existe naturellement

sur Terre pour nourrir ses habitants. La vache mange l’herbe, l’homme la vache,

les vers l’homme et les déjections des uns comme des autres nourrissent la terre

qui à son tour perpétue ce miracle. Mais depuis un certain temps, l’homme, par je ne sais quelle folie, s’est mis en tête de tout maitriser. Il y a encore quelques années la végétation recouvrait 99% des terres émergées de la planète. Il y avait de quoi nourrir tout le monde. Mais cet acharnement à détruire le végétal sauvage vous mène directement vers une vraie catastrophe alimentaire. L’homme d’aujourd’hui détruit son grenier et, effectivement,

le végétal ainsi réduit ne peut plus offrir l’abondance pour laquelle il a été créé.

Les hommes de profit ne croient que dans les grandes cultures. Pourtant il est facile

de constater par soi-même que ces grandes culture se polluent d’elles même, développent des maladies toujours plus résistantes et attirent par milliers les insectes dévastateurs.

La solution pour laquelle ils ont opté sont les pesticides. Toujours plus violent, ils ne font qu’aggraver les choses en détruisant l’équilibre de la terre et de l’écosystème indispensable à la vie et la biodiversité. La folie des hommes de profit ne s’arrête pas là. Ils ont créé

des plantes génétiquement modifiées, qui représenteraient un véritable danger

si leurs proliférations leur échappaient. Car elles se développeraient au détriment

des plantes sauvages. Par leur désir de maitrise totale, ils appauvrissent la terre,

se substituent au rôle de Mère Nature, à sa raison d’être et par la même occasion

ils suppriment à leurs pairs la possibilité de se nourrir librement. Qu’en est-il du droit

à la vie ? Que pensez-vous des graines qui ne donnent plus de vie, plus de fruits.

Le dessein des hommes qui veulent tout maitriser n’est pas à votre avantage !

Nous en sommes bien tristes, Corinne. Il est temps pour vous de réagir. »


Eh bien mes ami(e)s je vous invite à réfléchir et à réagir, en tout cas, à porter votre attention

sur ce danger qui menace l’équilibre naturel de notre Terre, et faire ce que vous pensez être

le mieux pour préserver notre droit d’accès libre à la nourriture sauvage. C’est notre grenier

et notre autonomie qui sont progressivement supprimés !


Que dire de ce monde qui nous ôte le droit et la liberté de nous nourrir comme nous le souhaitons ? Au-delà du fait de défendre cette cause par tous les moyens possibles, ce que j’entends

que nous pouvons faire et que beaucoup font déjà, c’est de …… jardiner !

Échangez vos graines, conservez celles des fruits que vous savez vivantes,

plantez des arbres fruitiers et autres, et si dans certains cas on vous empêche de travailler

votre terre, de faire votre potager dans votre jardin, alors EXPRIMEZ-VOUS, regroupez-vous

et défendez ce droit absolu !


Si la vie vous a donné la chance d’avoir des terres, des bois, des forêts, gardez, gardez-les

tels quels, veillez sur eux comme sur les prunelles de vos yeux. Sagement mais sûrement,

défendez-les à n’importe quel prix. Car sans le savoir Dame Nature vous a sélectionnés

comme gardien et gardienne de la Vie sur terre. Très vite, très bientôt vous comprendrez l’importance de cette information et vous bénirez les Dieux de ne pas vous être séparés

de vos trésors. Vous aurez la joie de pouvoir nourrir vos enfants et chaque jour,

vous remercierez le ciel pour cela.

Et à Noël, plutôt que du plastique si on s’offrait un peu de graines …… de Vie ?



Posts récents

Voir tout